Affaire Tapie : dialectique et mauvaise foi

Vu sur le site de l’Humanité, cet article de M.H. qui n’y va pas de main morte avec le dos de la cuillère.  Titré « Le contribuable paiera 285 millions à Bernard Tapie », ce papier accumule les qualités d’un papier de désinformation, et les défauts d’un journalisme médiocre.

Le titre en résume a lui seul le contenu, et fonctionne selon une dialectique très simple : l’Etat est personnifié par Le Contribuable, c’est à dire vous et moi. De plus on ne cite pas une condamnation, qui provient d’une faute, mais un simple « paiement ». Quasiment un cadeau.

Un titre plus exact aurait pu être « Le Crédit Lyonnais, dont les pertes passées ont été garanties par l’Etat, est condamné à payer 285 millions à Bernard Tapie ». Plus exact mais moins vendeur.

Le principe de personnification est repris, mais cette fois-ci de manière abusive, au cours de l’article. L’auteur dit en effet : « À la différence majeure que le contribuable met la main au porte-monnaie. 285 millions, pour être exact. » C’est faux, puisque le contribuable ne met pas la main au porte monnaie à cette occasion : l’Etat utilise l’argent que le contribuable a déjà versé. Par ailleurs, l’auteur oublie que les impôts directs représentent seulement 17,2% du budget de l’Etat. Si on y ajoute la TVA et la TIPP, le contribuable représente environ 72% des recettes de l’Etat, ce qui correspond ici à 205 millions.  Vous me direz que je chipote, une fois de plus. Possible, mais quand on se prétend exact, autant l’être.

Très curieusement, l’auteur de l’article donne des verges pour se faire battre, lorsqu’elle écrit « Le Crédit lyonnais est coupable d’avoir commis de lourdes fautes vis-à-vis de son client, Bernard Tapie au moment de la vente d’Adidas, propriété du groupe Tapie. La banque n’a pas tenu compte du mandat de son client en cherchant à négocier la vente, non pas à 2,085 milliards de francs, mais à 4,4 milliards de francs. Elle s’était aussi lancée dans une campagne très médiatisée de dénigrement du couple Tapie.« . Et de conclure « Mais dénigrement ou pas, manque à gagner ou pas, l’affaire financière ne deviendrait-elle pas une affaire politique ?« . Elle semble donc d’accord avec le jugement et reconnaît que Tapie a été lésé. Si ce n’était pas le cas, elle dirait au moins « le Crédit Lyonnais serait coupable » ou « aurait commis de lourdes fautes », signalant ainsi un doute très journalistique.

Mais de doute, point. Dans ces conditions, pourquoi s’étonner qu’on le rembourse ? Préfèrerait-elle que le Crédit Lyonnais, reconnu coupable à travers le CDR et autres émanations, s’en tire pour un euro symbolique ? Quoi, on vous plante de 2 milliards de francs (dans les 300 millions d’euros) et il faudrait avaler la pilule ?

Par ailleurs, cette conclusion est amusante, dans un article qui débute par  » la fin d’un long conflit juridico-politico-financie« . Si on se dispense du contenu entre ces deux phrases, on peut réécrire l’éminent article pour obtenir ceci :

C’est la fin d’un long conflit juridico-politico-financier qui a vu s’affronter Bernard Tapie face au Crédit lyonnais. L’affaire financière ne deviendrait-elle pas une affaire politique ?

Faudrait savoir. C’est la fin, ou le début ?

Enfin, un seul mot sur le tribunal arbitral : « un arbitrage opaque décidé par les hautes instances de l’État. » On n’apprend pas pourquoi l’Etat est présent, ni comment il se fait qu’un tribunal arbitral ait été désigné, ni si c’était normal ou pas, ni qui étaient les juges, ni ce qu’en pense Eva Joly, ni ce qu’a répondu Tapie; etc etc. Une seule phrase, lapidaire, non étayée, pas plus d’investigation ou de questions que de beurre en broche.

Je ne suis pas un lecteur régulier de l’Huma, mais je me souvient d’y avoir vu de bons articles. Là, c’est raté. On dirait le premier papier qu’une journaliste stagiaire de 20 ans présente à son chef de rubrique, qui le rejette en lui demandant de fouiller l’info. Il semble donc qu’il n’y ait pas de chefs de rub’ à l’Huma, à moins que la dame ne soit pas stagiaire.

Ce qui serait dommage.

Publicités

3 réponses à “Affaire Tapie : dialectique et mauvaise foi

  1. Bonjour,

    Auriez-vous la gentillesse de remplacer le nom de Mathilde HAMET par les initiales MH s’il vous plait?

    Merci d’avance

  2. Chère rxygirl,
    Voilà qui est fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s